Le préservatif c'est bien mais l'abstinence et la fidelite c'est encore mieux !!

ACTUALITE & MÉDIAS

Atelier de formation sur la Prévention de la Transmission de la Mère à l’Enfant en Guinée

C’est dans la capitale guinéenne que l’association vient de se mettre à l’ouvrage.

Finalement, le nombre de participants a été revu à la hausse. A Conakry, on attendait 49 personnes. Des médecins, des sages-femmes, des infirmiers, des psychologues, des assistants sociaux, des hospitalo-universitaires. Il semble bien que la demande était plus grande que les prévisions. Ce sont donc 72 spécialistes qui ont été admis à suivre la formation des formateurs en PTME (Prévention de la transmission mère-enfant du VIH/Sida), du 30 juin au 4 juillet dernier dans la capitale de la République de Guinée. Pour le Secrétaire exécutif des Synergies africaines contre le sida et les souffrances, c’est un premier indice du succès de cette première descente sur le terrain.

Jean Stéphane Biatcha entamait ainsi son discours lors de la clôture de cette session de cinq jours. C’était en présence de Henriette Conté, première dame de Guinée et du Premier ministre du pays hôte, qui s’est exprimé au nom de la First Lady. Au terme de cette première étape de la mise en œuvre du plan d’urgence 2003-2005 adopté en novembre 2002 à Yaoundé, la Première Dame du Cameroun a reçu l’hommage de la Guinée, des participants aux plus hautes autorités. Chantal Biya a été souvent citée dans les allocutions pour son initiative, et pour ce qu’elle entreprend de manière générale dans le sens de l’amélioration des conditions de vie et de santé des populations africaines.

A la fin, le Pr. Maurice Nkam, coordonnateur de la formation ne cache pas sa satisfaction : " C’était un réel plaisir de coordonner l’atelier. " Et on comprend vite les raisons d’un tel enthousiasme : " Nous avons trouvé un pays qui avait un grand besoin en formation pour démarrer son programme de PTME. Les projets étaient déjà définis, avec une équipe de spécialistes en attente. " Et précision pourtant, à propos de l’approche : " Le Cameroun est un leader de la PTME, mais il ne s’agissait pas d’aller faire, mais d’aider à faire. " Résultat : des échanges plus conviviaux que magistraux, qui ont permis aux formateurs de Synergies africaines et des laboratoires Boehringer-Ingelheim d’apporter leur impulsion pour renforcer les actions déjà engagées dans ce pays.

Et puisqu’on parle de choses palpables, les facteurs limitant du combat en Guinée seront bientôt réduits. Promesse ferme des laboratoires Boehringer, qui vont en effet mettre gratuitement à la disposition du pays, les antirétroviraux utilisés dans la prévention de la transmission mère-enfant. On attend donc dans les prochains jours, des stocks importants de Névirapine (prise en charge de la mère et de l’enfant) et de Détermine (Dépistage de la femme enceinte). Ensuite, les 72 bénéficiaires de la formation vont immédiatement se déployer dans quatre centres, dont la Fondation Henriette Conté, pour prolonger la chaîne. Dispenser à leur tour les enseignements qu’ils auront retenus de l’atelier des Synergies africaines.

On sait que les priorités étaient la prévention primaire, le counselling, le dépistage, la stigmatisation, la confidentialité, la grossesse et l’accouchement de la femme séropositive, la pris en charge du nouveau-né… L’atelier proprement dit (échanges, jeux de rôles…) a été appuyé par une table ronde très animée sur la PTME. Et comme l’on se demande déjà légitimement quelle sera la prochaine halte de l’équipe des Synergies. " Dans quelques jours… ", lance-t-on du côté du CHU de Yaoundé, où l’association a déjà pris possession de ses quartiers. Et après le succès de l’atelier de Conakry, d’autres pays sont certainement déjà en atten

  • L'organisation
  • CIRCB
  • Réduction de la transmission du VIH de la mère à l'enfant
  • Lutte contre le SIDA en Afrique