Le préservatif c'est bien mais l'abstinence et la fidelite c'est encore mieux !!

ACTUALITÉ & MEDIAS

Lancement de la campagne d’accélération de la réduction de la mortalité maternelle au Congo

La République du Congo a lancé le 20 octobre à Brazzaville, une campagne pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle en Afrique (CARMMA). Elle rejoint ainsi la dizaine de pays africains ayant déjà lancé la CARMMA. 

Au cours de cette cérémonie placée sous le patronage de l’épouse du Chef de l’Etat, Antoinette Sassou N’Guesso, la première secrétaire du Sénat, Philomène FoutySoungou a été nommée ambassadrice de bonne volonté de la CARMMA pour sa carrière et son dévouement dans le domaine de la santé de la reproduction. 

Le taux de mortalité maternelle et infantile sont deux des indicateurs des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) auxquels les progrès ont été insignifiants. En réponse à cette situation, l’UNFPA, l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) et d’autres organismes ont lancé la CARMMA, lors d’une réunion des ministres africains de la santé à Addis-Abeba (Ethiopie). 

«Agissons maintenant ! Aucune femme ne devrait mourir en donnant la vie», c’est le thème de cette campagne qui vise à mobiliser les autorités politiques, le secteur privé, la société civile, les partenaires au développement et les populations à prendre conscience de leurs rôles dans l’amélioration de la santé maternelle et néonatale au Congo. Pour y parvenir, il est important de s’assurer de la prise de conscience par les secteurs public et privé et les institutions (parlement, municipalités, confessions religieuses, etc.) de la nécessité d’investir pour le financement des interventions en vue d’accélérer la réduction de la mortalité maternelle et néonatale. 

«La lutte contre la mortalité maternelle est une priorité de santé publique et un impératif social, moral et politique qui s’inscrit dans le cadre de la promotion des droits de la personne et de la femme en particulier, ainsi que de l’équité sociale», a déclaré le directeur régional du Fonds des Nations Unies pour la population (UNFPA) pour l’Afrique, BounmiMakinwa. 


Le taux de mortalité maternelle au Congo est de 781 décès pour 100 000 naissances vivantes et celui de mortalité infantile de 75 pour 1000. Ces ratios figurent parmi les plus élevés en Afrique subsaharienne. Les pouvoirs publics ont pris des initiatives visant à améliorer la situation parmi lesquelles l’adoption de la feuille de route pour l’accélération de la réduction de la mortalité maternelle et infantile, la décision sur la gratuité du traitement antipaludique pour les femmes enceintes et les enfants de 0 à 15 ans, ainsi que celle de la césarienne. 

Le ministre de la santé et de la population, le Pr. Georges Moyen, a indiqué que le Congo se situait dans un contexte propice à l’infléchissement des tendances de la mortalité maternelle. A titre d’illustration, il a cité l’adoption de la feuille de route nationale pour accélérer la réduction de la mortalité maternelle, néonatale et infantile ; la mise en place de l’Observatoire national sur les décès maternels et leurs antennes départementales ; la formation des cadres sur les audits des décès maternels et la systématisation effective de ces audits devant tout décès maternel ou néonatal. 

Georges Moyen a également souligné la mise en place du Programme de développement des services de santé (PDSS), du plan stratégique national de sécurisation des produits de santé sexuelle et de la reproduction, du repositionnement de la planification familiale, de la gratuité de la prise en charge du paludisme et du VIH/SIDA, etc. 


Mercredi 20 Octobre 2010 
Anicet Clotaire Ndzi

Source : (Congo- Site Actualités 21/10/2010) 

  • L'organisation
  • CIRCB
  • Réduction de la transmission du VIH de la mère à l'enfant
  • Lutte contre le SIDA en Afrique